PROGRAMME DE REVISIONS DU CAPES DE LETTRES

Le journal de bord du candidat au capes de Lettres modernes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Le site webLe site web  La BiblioLa Biblio  Chat IRCChat IRC  Le Forum du TroubleLe Forum du Trouble  Les BDD LMLes BDD LM  Connexion  

Partagez | 
 

 Ce mage, qui d'un mot renverse la nature...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magali
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 162
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Ce mage, qui d'un mot renverse la nature...   Mar 10 Jan - 20:07

De quelle célèbre pièce est-ce la scène d'exposition?


ACTE I

SCENE PREMIERE.

DORANTE.
Ce mage, qui d'un mot renverse la nature,
N'a choisi pour palais que cette grotte obscure.
La nuit qu'il entretient sur cet affreux séjour,
N'ouvrant son voile épais qu'aux rayons d'un faux jour,
De leur éclat douteux n'admet en ces lieux sombres
Que ce qu'en peut souffrir le commerce des ombres.
N'avancez pas : son art au pied de ce rocher
A mis de quoi punir qui s'en ose approcher ;
Et cette large bouche est un mur invisible,
Oů l'air en sa faveur devient inaccessible,
Et lui fait un rempart, dont les funestes bords
Sur un peu de poussičre étalent mille morts.
Jaloux de son repos plus que de sa défense,
Il perd qui l'importune, ainsi que qui l'offense ;
Malgré l'empressement d'un curieux désir,
Il faut, pour lui parler, attendre son loisir :
Chaque jour il se montre, et nous touchons ŕ l'heure
Oů pour se divertir il sort de sa demeure.

PRIDAMANT.
J'en attends peu de chose, et brűle de le voir.
J'ai de l'impatience, et je manque d'espoir.
Ce fils, ce cher objet de mes inquiétudes,
Qu'ont éloigné de moi des traitements trop rudes,
Et que depuis dix ans je cherche en tant de lieux,
A caché pour jamais sa présence ŕ mes yeux.
Sous ombre qu'il prenait un peu trop de licence,
Contre ses libertés je roidis ma puissance ;
Je croyais le dompter ŕ force de punir,
Et ma sévérité ne fit que le bannir.
Mon âme vit l'erreur dont elle était séduite :
Je l'outrageais présent, et je pleurai sa fuite ;
Et l'amour paternel me fit bientôt sentir
Il l'a fallu chercher : j'ai vu dans mon voyage
Le Pô, le Rhin, la Meuse, et la Seine, et le Tage :
Toujours le męme soin travaille mes esprits ;
Et ces longues erreurs ne m'en ont rien appris.
Enfin, au désespoir de perdre tant de peine,
Et n'attendant plus rien de la prudence humaine,
Pour trouver quelque borne ŕ tant de maux soufferts,
J'ai déjŕ sur ce point consulté les enfers.
J'ai vu les plus fameux en la haute science
Dont vous dites qu'Alcandre a tant d'expérience :
On m'en faisait l'état que vous faites de lui,
Et pas un d'eux n'a pu soulager mon ennui.
L'enfer devient muet quand il me faut répondre,
Ou ne me répond rien qu'afin de me confondre.

DORANTE.
Ne traitez pas Alcandre en homme du commun ;
Ce qu'il sait en son art n'est connu de pas un.
Je ne vous dirai point qu'il commande au tonnerre,
Qu'il fait enfler les mers, qu'il fait trembler la terre ;
Que de l'air, qu'il mutine en mille tourbillons,
Contre ses ennemis il fait des bataillons ;
Que de ses mots savants les forces inconnues
Transportent les rochers, font descendre les nues,
Et briller dans la nuit l'éclat de deux soleils ;
Vous n'avez pas besoin de miracles pareils :
Il suffira pour vous qu'il lit dans les pensées,
Qu'il connaît l'avenir et les choses passées ;
Rien n'est secret pour lui dans tout cet univers,
Et pour lui nos destins sont des livres ouverts.
Moi-męme, ainsi que vous, je ne pouvais le croire :
Mais sitôt qu'il me vit, il me dit mon histoire ;
Et je fus étonné d'entendre le discours
Des traits les plus cachés de toutes mes amours.

PRIDAMANT.
Vous m'en dites beaucoup.

_________________
N'hésitez pas à m'envoyer vos suggestions et propositions de programme par mp!


Dernière édition par le Mar 10 Jan - 20:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magali
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 162
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: Ce mage, qui d'un mot renverse la nature...   Mar 10 Jan - 20:08

Il s'agit de la scène d'exposition de l'Illusion comique de Corneille.


...........................................................................................................

Pistes pour le commentaire :
Toutefois ce qui suit constitue une première approche que l'exercice du capes demande d'approfondir.

Introduction
Cette scène est une scène d’exposition : deux personnages sont présents : Primadant, qui a perdu son fils, et Dorante, qui connaît le magicien. Un personnage est absent : il s’agit d’Alcandre, le magicien que Primadant s’apprête à rencontrer.
On passe du réel à l’illusion et on est mis au courant de la quête du père.

I - Une scène d’exposition

Cette scène pose les deux personnages, qui ne sont pas très importants, et les éléments qui justifieront la forme de l’histoire.
On comprend pourquoi Primadant se trouve là et pourquoi Dorante l’entraîne à consulter un magicien qui pourrait lui donner des nouvelles de son fils.
C’est surtout une scène informative, particulièrement la tirade de Primadant : elle nous renseigne sur sa recherche, se durée…
• L’événement perturbateur : Primadant est responsable à part entière
«Ce fils, ce cher objet (terme spécifique du XVIIème siècle) de mes inquiétudes,
Qu’ont éloigné de moi des traitements trop rudes,
Et que depuis dix ans je cherche en tant de lieux».
Cette perte semble être irréversible : la situation est dramatique et sans issue et elle est due à une attitude abusive, développée dans la seconde partie des vers 22, 26, 27 et 28. Primadant insiste sur son attitude pour se repentir.
• Le repentir : il est provoqué par l’amour paternel qui construit l’opposition entre un fils révolté et un père conscient de ses erreurs par l’antithèse du vers 32. Il y a une correspondance entre l’outrage et l’injuste rigueur par la même construction.
• La recherche : elle est vaine de toutes les manières (énumération accumulative au vers 34). Elle entraîne la souffrance (vers 35, 36 et 37), le désespoir total qui ressort dans l’expression négative plus rien» au vers 38. Il y a une progression dans la souffrance jusqu’à la disparition de l’espoir. Dorante se pose donc en confident. On commence au coeur du problème, «in media res».


II - Du réel à l’illusion

1 - Un état d’esprit
La tirade de Pridamant nous apprend qu’il a déjà eu recours ŕ la magie. Son attitude antérieure justifie cette dernière extrémité.
Dans la tirade de Dorante le champ lexical des enfers et des ténèbres renvoie ŕ la grotte ; alors que dans la tirade de Pridamant il renvoie au désespoir.
La descente aux enfers est une référence ŕ la mythologie ; on ne remonte pas des Enfers ; cette «descente aux Enfers» justifie la peur du père. Il y a une opposition entre l’enfer mythologique (vers 40) et l’enfer chrétien (vers 45).
Le vocabulaire du sombre est plus symbolique qui s’y attache. La souffrance l’a mené dans des situations dangereuses : «il a consulté», «il a vu», «déjà».
Les deux chiasmes qui encadrent sa réplique se répondent. Le dernier à quel point il est désespéré car les enfers le laissent dans une ambivalence déjà visible dans le premier chiasme : les idées sont croisées mais ne lui apportent aucune réponse.

2 - Un lieu métaphorique

La grotte renvoie aux enfers qui restent silencieux. Cette démarche l’amène devant cette grotte ayant des liens avec l’enfer. C’est une demeure mais avant tout «un affreux séjour», «lieux sombres» et c’est là oů l’on effectue le «commerce des ombres» et oů il y a mille morts.
C’est une description d’un lieu infernal, une métaphore de l’enfer. Il est là pour faire peur.
Il est présent dans l’opposition «nature»/ «artifice» : «l’art commande ŕ la nature», « palais…grotte obscure…rocher…mur invisible…rempart…funeste bord». Ce lieu présente une ouverture qui est une «large bouche » (v.9) et l’air y est inaccessible (v.10) ; cette description renvoie à la dévoration et à l’étouffement qui elles-mêmes sont une manifestation de la souffrance de Primadant.
Rien n’y est réel (« rayon d’un faux jour… éclat douteux»). La nature est soumise ŕ l’artifice.

3 - Alcandre le metteur en scène : entre magie et dramaturgie
Le mot mage vient du grec magos : prêtre qui interprète les songes. Son rôle est de plonger les autres personnages et le spectateur dans l’illusion.
Le mage devient le metteur en scène de la demande de Primadant ( art…art…celui qui dirige la nature et qui est capable de produire des effets…son art ŕ de quoi punir…»).
Il est présenté comme quelqu’un qui peut agir comme il l’entend ( entretient…perd…se montre…n’admet …n’avancez pas…qui l’importune ou bien qui l’offense…attendent son loisir»). C’est un personnage qui se tient à distance de ce qui viendrait le troubler ; il tient ses distances pour être le maître de ses magies illusoires.
«ce grand mage dont l’art commande à la nature» : c’est quelqu’un qui construit une illusion qui réagit quand on le dérange, il utilise la mise en scène puisqu’il faut attendre son loisir.
Le lieu est inaccessible donc la scène est sombre, le décor construit, la grotte est organisée et ressemble à un théâtre dont Alcandre serait le dramaturge. Toute cette théâtralité est renforcée par un champ lexical du spectateur : « n’avancez pas…un curieux désir…attendent son loisir » et par celui de l’acteur : « chaque jour il se montre…pour se divertir ». Alcandre crée et construit l’illusion théâtrale, le tout restant en restant maître de son art.

Conclusion
Le début de la scène construit un premier terme du titre de la pièce (illusion) en se rapprochant de l’illusion baroque propre à cette époque.

cyclops

_________________
N'hésitez pas à m'envoyer vos suggestions et propositions de programme par mp!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ce mage, qui d'un mot renverse la nature...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rome: selon le pape, le chômage mine la stabilité sociale et le bien commun
» L'orthoptie et le chômage
» [La magie vue par les jeux] Mage : L'Ascension.
» Crise : l'augmentation de chômage touche tout le monde
» [Livre] La Voie du Mage, bien débuter, entrainements préparatoires.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROGRAMME DE REVISIONS DU CAPES DE LETTRES :: INDEX DES NOTIONS REVUES :: EN LITTERATURE :: Les incipits-
Sauter vers: