PROGRAMME DE REVISIONS DU CAPES DE LETTRES

Le journal de bord du candidat au capes de Lettres modernes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Le site webLe site web  La BiblioLa Biblio  Chat IRCChat IRC  Le Forum du TroubleLe Forum du Trouble  Les BDD LMLes BDD LM  Connexion  

Partagez | 
 

 Sujet de dissertation sur la poésie : JC Renard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perlounette
Toujours là!
avatar

Nombre de messages : 644
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Sujet de dissertation sur la poésie : JC Renard   Jeu 5 Jan - 13:24

Jean-Claude Renard, rendant compte de son expérience de poète, analyse dans les lignes qui suivent la relation qu’il entretient avec son propre langage :

« Il a ses racines en moi comme j’ai mes racines en lui. Il est un miroir à double réflexion où je reconnais ce que je suis et ce que je ne suis pas. Par suite, c’est un miroir qui me trahit- aux deux sens de ce verbe. Car il donne de moi une image à la fois plus vraie et plus fausse que celle que je puis, consciemment ou inconsciemment, en donner moi-même. Plus vraie : parce qu’il m’explore et me dénude. Plus fausse : parce qu’il me dissimule et me change en sa fable. Mais c’est néanmoins un miroir où se dévoile ce que je fonde et ce qu’il fonde. Bref, ce que je crée me crée à son tour tout en se créant soi-même. De sorte que si le poème me parle et parle de moi sous un mode que ne saurait remplacer aucun autre langage, ne serait-ce point parce qu’il me récupère, tout entier ? »

Jean-Claude Renard, Une autre parole, 1981.


En vous appuyant sur des exemples précis, vous direz ce que vous pensez de cette réflexion contemporaine sur la poésie.

..........................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perlounette
Toujours là!
avatar

Nombre de messages : 644
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Sujet de dissertation sur la poésie : JC Renard   Jeu 5 Jan - 13:37

Correction sous-forme de plan détaillé :

-analyse grammaticale de la citation :

La citation est très articulée par des liens logiques : « Par suite, car, plus vraie : parce que, plus fausse : parce que, mais c’est néanmoins, bref, de sorte que . »
Les deux sujets principaux sont représentés par les pronoms personnels « je »(le poète) et « il »(le langage de ce poète).Le texte repose sur une série de paradoxes et de retournements. Jean-Claude Renard nous fait assister à une inter-réaction entre « je » et « il ».
Les deux premières phrases posent deux images essentielles : « racine » et « miroir ».
La conséquence finale est exprimée par le biais d’une phrase interrogative.

I-Analyse du point de vue de Jean-Claude Renard

L’expérience poétique pour Jean-Claude Renard s’inscrit à la fois contre les conceptions classiques du langage poétique et contre des conceptions contemporaines marquées par le structuralisme.
Like a Star @ heaven -contre la tradition classique
Dans la tradition classique le poète est toujours lucide de son œuvre, il est détenteur d’un langage transparent (Art poétique ,Boileau).

Like a Star @ heaven -contre les conceptions contemporaines marquées par le structuralisme
Le poète est dessaisi du langage, il devient un lieu traversé par le langage.

Like a Star @ heaven -point de vue de Jean-Claude Renard
Pour lui, le langage est le lieu d’une liturgie (Claudel, Saint-John Perse ). Le langage serait un moyen de faire advenir l’être (Heidegger ).
L’image du miroir « à double réflexion où je reconnais ce que je suis et ce que je ne suis pas » n’a aucun rapport avec le mythe de Narcisse tel que Valéry l’a repris dans l’étude sur ce mythe.
Il s’agit d’un miroir qui trahit le poète - trahir au sens de faire sortir de, tirer ( pour Yves Bonnefoy, la poésie consiste « à nommer ce qui se perd »).Cette expérience poétique est positive puisqu’elle fait sortir le poète de soi.
Elle s’inscrit dans la dissociation syntaxique : « Plus vraie(…)Plus fausse ».


II- Image plus vraie, image plus fausse

Like a Star @ heaven -le langage « m’explore et me dénude »
A l’image de l’expérience psychanalytique, le poète, par le langage, peut arriver à son moi profond.
La pratique de la poésie favoriserait l’advenue du sujet.(La parole en archipel, René Char, « Pour renouer » : mise au jour de l’Etre à travers un programme éthique et esthétique qui consiste à « jeter bas l’existence laidement accumulée et retrouver le regard qu’il aimait assez en son début pour étaler son fondement »).

Like a Star @ heaven -le langage « me dissimule et me change en sa fable »
Comme Jean-Claude Renard Saint-John Perse s’insurge contre les pièges du langage poétique : « Fange écarlate du langage, assez de ton infatuation ! ».

Like a Star @ heaven -« Mais c’est néanmoins un miroir où se dévoile ce que je fonde et ce qu’il fonde »
Dans l’acte de la création le sujet se donne tel qu’il est avec ses manques et avec ses qualités. Mais au moment où il crée il se trouve transformé par ce qu’il crée. La création poétique fait intervenir un sujet non sacralisé. (La parole en archipel, rené Char, « Le rempart de brindilles » : « le dessein de la poésie étant de nous rendre souverain en nous impersonnalisant , nous touchons, grâce au poème, à la plénitude de ce qui n’était qu’esquisse ou déformé par les vantardises de l’individu ».
Le langage poétique opère un miracle. En effet, une transmutation s’effectue puisqu’une chose en devient une autre. La parole ouvre sur une décantation.

III-Le langage poétique irremplaçable

Le langage poétique n’est ni une mimèsis ni un outil de communication :
-Crise de vers, Mallarmé, « Variations sur un sujet »
-Discours de Stockholm, Saint-John Perse : « La poésie est le lieu où se transmet le mouvement même de l’être »
-Il y a, Apollinaire
-Cinq grandes Odes, II, Claudel
-« Aube », Rimbaud.

..........................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perlounette
Toujours là!
avatar

Nombre de messages : 644
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Sujet de dissertation sur la poésie : JC Renard   Jeu 5 Jan - 13:42

Pour aller plus loin


AUBE

J'ai embrassé l'aube d'été.
Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte.
Les camps d'ombres ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.
La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais
et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.
Je ris au wasserfall blond qui s'échevela à travers les sapins:
à la cime argentée, je reconnus la déesse.
Alors je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l'ai dénoncée au coq. A la grand'ville elle
fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.
En haut de la route, près d'un bois de lauriers, je l'ai entourée
avec ses voiles amassés, et j'ai senti un peu son immense corps. L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois.
Au réveil il était midi.
A.Rimbaud



Une juste définition de la voyance :
En tous cas, ce poème en prose contribue à fournir une juste définition de la "voyance" rimbaldienne. A travers l'énergie déployée par l'enfant, double de l'auteur, la "voyance" apparaît avant tout comme un travail, une "entreprise" ("la première entreprise fut ..."). C'est l'enfant qui par son action fait lever le jour. C'est sa marche qui réveille la nature endormie dans la strophe 2, il a le don de comprendre le langage des fleurs à la strophe 3 ("entreprise" de qui ? de la fleur ou plutôt du poète prêtant un langage à la fleur comme il donna jadis une couleur aux voyelles, le mot rappelle la pratique raisonnée de l'hallucination qui fait partie du programme du "voyant"), c'est la cascade de son rire qui semble déclencher la dispersion du "wasserfall" (la cascade) à la strophe 4 (valeur successive des passé simples); c'est encore lui qui dévoile la déesse (c'est à dire à la fois qui la dénude et qui l'annonce) "en agitant ses bras", puis en faisant chanter le coq ("je l'ai dénoncée au coq"), c'est lui qui la "chasse" à travers la ville ("chasser" au sens de poursuivre une proie), provoquant l'extension du jour au détriment de la nuit. Doté du pouvoir de commander à la nature, il se comporte comme s'il était lui-même le chef d'orchestre, l'ordonnateur du fabuleux spectacle de l'Aube.
Le caractère irrationnel de ce récit empêche évidemment de le considérer comme le pur et simple témoignage d'une promenade matinale. Cette absence de réalisme pourrait conduire à interpréter le poème comme la narration d'un rêve ou d'une hallucination vécue par l'auteur. Mais ce n'est pas du tout nécessaire : les enfants, les poètes, et Rimbaud plus que tout autre, sont habitués à donner un tour irrationnel à leurs rêveries de façon tout à fait consciente et délibérée, pour le plaisir du jeu et de l'imagination ("le poète se fait voyant" écrit Rimbaud dans sa célèbre lettre du 15 mai 1871 - c'est moi qui souligne : la Vision n'est pas donnée, elle est provoquée). La voyance du poète, c'est la transformation délibérée des impressions vécues par une activité consciente de l'imagination, s'opérant à travers l'écriture. Le poème n'est pas l'enregistrement a posteriori d'une expérience mystique, révélation passive d'un sur-naturel ou d'un au-delà, il est, comme dit Rimbaud dans Solde "l'occasion unique de dégager nos sens", c'est à dire de les libérer. Il est l'acte même de cette libération. Le moyen privilégié d'une évasion hors des sentiers battus de la perception. Moyen "unique", même, dit Rimbaud, de ce "dégagement rêvé" (Génie). Mais malheureusement - et c'est la "leçon" d'Aube - éphémère ou incomplet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sujet de dissertation sur la poésie : JC Renard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sujet de dissertation sur la poésie : JC Renard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un excellent sujet de dissertation, oui, mais, compliqué
» Sujet de dissertation
» Sujet de dissertation pour l'agrégation d'anglais 2013 !
» sujet de dissertation en droit consti
» Pronostic sur le sujet de dissertation capes lettres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROGRAMME DE REVISIONS DU CAPES DE LETTRES :: INDEX DES NOTIONS REVUES :: EN LITTERATURE :: Exercices d'entraînement à la dissertation-
Sauter vers: