PROGRAMME DE REVISIONS DU CAPES DE LETTRES

Le journal de bord du candidat au capes de Lettres modernes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Le site webLe site web  La BiblioLa Biblio  Chat IRCChat IRC  Le Forum du TroubleLe Forum du Trouble  Les BDD LMLes BDD LM  Connexion  

Partagez | 
 

 Dissertation sur l'oeuvre littéraire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perlounette
Toujours là!
avatar

Nombre de messages : 644
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Dissertation sur l'oeuvre littéraire   Mar 11 Oct - 18:22

=> Sujet de dissertation d'entraînement:

Sujet sur l’œuvre littéraire

« La vocation naturelle, irrépressible, du livre est centrifuge. Il est fait pour être publié, diffusé, lancé, acheté, lu. La fameuse tour d’ivoire de l’écrivain est en vérité une tour de lancement. On en revient toujours au lecteur, comme l’indispensable collaborateur de l’écrivain. Un livre n’a pas un auteur mais un nombre indéfini d’auteurs. Car à celui qui l’a écrit s’ajoute de plein droit dans l’acte créateur l’ensemble de ceux qui l’ont lu, le lisent ou le liront. Un livre écrit, mais non lu, n’existe pas pleinement. »
Michel Tournier, Le Vol du vampire 1981.


Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perlounette
Toujours là!
avatar

Nombre de messages : 644
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Dissertation sur l'oeuvre littéraire   Mar 11 Oct - 18:23

Sujet sur l’œuvre littéraire

(Merci à Auré)

« La vocation naturelle, irrépressible, du livre est centrifuge. Il est fait pour être publié, diffusé, lancé, acheté, lu. La fameuse tour d’ivoire de l’écrivain est en vérité une tour de lancement. On en revient toujours au lecteur, comme l’indispensable collaborateur de l’écrivain. Un livre n’a pas un auteur mais un nombre indéfini d’auteurs. Car à celui qui l’a écrit s’ajoute de plein droit dans l’acte créateur l’ensemble de ceux qui l’ont lu, le lisent ou le liront. Un livre écrit, mais non lu, n’existe pas pleinement. »
Michel Tournier, Le Vol du vampire 1981


Tournier ne dit pas en quoi consiste acte de collaboration ms plus du coté de l’éthique : le lecteur a aussi le droit légitimement à sa place ds le processus de création.
La lecture est la condition même de l’existence de l’œuvre.
Cette conception de la collaboration entre auteur et lecteur est fondée contre celle de l’hégémonie, de l’auto-suffisance de l’auteur.


I/ Le lecteur comme co-auteur

La lecture comme achèvement du processus de création. La création litt reposerait à la fois s/1 acte d’émission et de réception.
Il n’y aura pas d’œuvre litt achevée que lorsqu’il y aura suppression du dont de propriété de l’auteur s/ son œuvre. Auteur n’est pas le seul détenteur du sens, le lect agit s/ le sens avec sa liberté. Le livre doit suciter une pluralité de lecture/

1) la lecture comme création continue
Contre la thèse que soutient l’hist litt (comme critique qui veut que auteur soit le seul créateur de sens. La survie de l’œuvre a lieue qd le lecteur peut recréer le sens en dépit de ce que le livre dit.
Le lecteur peut être amené à lire un auteur avant lui.

2) La place du lecteur
Le livre n’arrive pas au lecteur clos s/ lui-même ms pourvu d’1 incomplétude, d’une indétermination fondamentale.
Il faut que le txt soit « une machine paresseuse » Eco Lector in fabula
Nécessité de lieux d’incomplétudes ex : les descr de pers de roman : tjrs incomplètes par essence et le lect doit les compléter par ce qu’il a déjà vu ou déjà lu ou déjà su . Le lecteur a recours à une certaine doxa.
L’ellipse permet d’élaborer ses propres fictions

La thèse de Tournier : réhabilitation du lecteur ds la critique (cf Sartre et Eco) + à une implication du lect dans la littérature. Cette idée de collaboration entre lecteur et auteur n’est pas neuve. On la retrouve par ex chez Voltaire. Ms au 20e siècle cette idée trouve une nouvelle vigueur grâce à la déchéance de l’auteur par la critique et déchéance de l’idée même de sens.
Ms ne doit pas cacher les impasses auxquelles elle peut conduire. Tournier en faisant du lecteur un co-auteur prend le risque de réception calamiteuse : risque d’hégémonie du lect.
On peut opter pr une conception centripète et plaider en faveur de la limitation du rôle du lecteur.

II/ Le lecteur indésirable

1) le lecteur hégémonique, tout puissant
Qd le lecteur ne tient plus compte du texte ms se l’approprie pour en faire une pure projection de lui-même.

2) le livre centripète : qui se replie s/ lui-même
Pr que le livre soit replié s/ lui-même ne doit pas se diffuser exagérément : réduction du public Ms Comment réduire le nbre de lecteur ?
- refus de publication ds des journaux à grands tirages ex : les symbolistes qui ne publiaient que ds des petits journaux
- stratégie d’écr pr faire fuir le lecteur profane
- Violence exercée s/ le lecteur désigné comme indésirable : ex : « Avertissements» doivent l’écarter du livre.
Le Caractère centrifuge du livre ne va pas de soi. L’auteur impose des directives à son lecteur, il refuse d’être dépossédé de son livre : il indique la condition de la réussite d’un texte en guidant la lecture (au début et ds le texte)
Tt auteur cherche à maîtriser la réception de son œuvre et exerce une emprise s/ le lecteur pr qu’il soit un lecteur modèle.

Soit le lecteur est un allié soit une menace et ds ce cas l’auteur tente de contrôler son lecteur.
Ds ces 2 thèses : un fondement commun, le lecteur arrive après l’écriture ms on peut se demander si l’écrivain n’écrit pas tjrs avec le lecteur. La collaboration n’a-t-elle pas déjà lieu ds l’écriture ? L’auteur est tjrs accompagné d’un lecteur.


III/ L’écrivain - lecteur ou l’écriture comme lecture

1) l’auteur comme 1er lecteur de lui-même
Rare sont les auteurs qui ne se relisent pas et donc ne se corrigent pas : il y a en eux un lecteur qui collabore à l’écriture ex Flaubert qui corrige inlassablement ses textes et notamment cherche à enlever toute trace des romantiques, de cacophonies. Il va se donner des lecteur qui vont l’obliger à changer ses textes.

2) Comment l’écriture passe par un souci du lecteur
L’auteur pense au lecteur, il fait et anticipe les voix du lecteur.

3) Lecteur contributeur
Le lecteur comme source de l’œuvre. L’auteur ne ferait qu’assembler les éléments que lui ont donnée les lecteurs.


Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dissertation sur l'oeuvre littéraire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» idée: adaptation ciné d une oeuvre littéraire niveau 4è?
» Exploiter une oeuvre littéraire en cours de Philo : Les animaux dénaturés de Vercors
» Question méthodo dissertation littéraire CAPES Lettres
» L'oeuvre littéraire qui vous a le plus bouleversé(e)
» Littérature de jeunesse qui se déroule au XVIème siècle?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROGRAMME DE REVISIONS DU CAPES DE LETTRES :: INDEX DES NOTIONS REVUES :: EN LITTERATURE :: Exercices d'entraînement à la dissertation-
Sauter vers: