PROGRAMME DE REVISIONS DU CAPES DE LETTRES

Le journal de bord du candidat au capes de Lettres modernes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Le site webLe site web  La BiblioLa Biblio  Chat IRCChat IRC  Le Forum du TroubleLe Forum du Trouble  Les BDD LMLes BDD LM  Connexion  

Partagez | 
 

 citation Reverdy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
OYANNAH
Toujours là!


Nombre de messages : 280
Age : 32
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: citation Reverdy   Ven 26 Jan - 11:51

Dissertation : Pierre Reverdy écrit dans son Bloc-Notes "39-40" : "En lisant un roman, le lecteur ravi devient imaginairement un autre ou les autres. Le poème l'émeut mais le laisse en lui-même et plus intensément lui-même".
Qu'en pensez-vous ? Sujet capes lettre classique en 1984. Correction demain


CORRECTION EXTRAITE DE "Dissertations littéraires générales" ed.Fac Littérature, , dissert prépa capes, Pages 142 et 143

I - La lecture d'un roman, moins intense que celle d'un poème


A - Reverdy évoque le ravissement romanesque, réel dans le cas des romans permettant de s'évader des contraintes du quotidien. Mais il évoque aussi de façon plus critique le "rapt" qu'opère le roman dans le cas d'une lecture d'identification - comme celle de Don Quichotte - qui aliène le lecteur.

B - par comparaison, le poème "émeut", au sens fort du terme, dans un mouvment profond de la sensibilité. C'est le contact direct du lecteur avec le moi du poète, dnas les oeuvres lyriques, d'Ovide aux romantiques, qui font l'économie de la médiation par le personnage. La première personne poétique touche davantage que la troisième personne romanesque. Elle permet en écho une découverte de soi.

II - Les limites de la position de Reverdy

A - Le roman n'est pas synonyme de romanesque. Il a au contraire imposé sa légitimité en combattant sur divers modes l'aliénation qu'il pourrait induire. Diderot brise le charme dans "Jacques le fataliste". Balzac et Zolatendent au lecteur un miroir critique de la société, en souhaitant qu'ils prennent conscience de ses rouages et de ses dangers. Il y a une lecture "adulte" du roman.

B - La poésie n'est pas synonyme de découverte de soi. Il existe une poésie de plaisir, faite pour l'évasion dans le merveilleux, comme l'épopée, ou pour les jeux croisés de l'imaginaire et des mots, comme chez Marot ou chez Prévert. A l'opposé, toute une tradition poétique aspire à révéler les mystères du monde : au-delà du lyrisme, Les Fleurs du mal insistent sur la clef idale des "correspondances", sur le voyage "au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau".

III - Le pouvoir de la métaphore des oeuvres littéraires

A - La littérature contemporaine a remis en question la frontière entre les genres. Une attitude "poétique" est ainsi demandée aux lecteurs des romans de l'écriture, comme ceux de Butor ou de Duras. C'est à une "émotion" intime que nous convie le narrateur de la recherche ; à un ébranlement de nous-mêmes que nous entraînent Joseph K, Roquentin ou Meursault. La réception des oeuvres, poétiques ou romanesques, suppose maintenant une part de (re)création.

B - "Je est un autre" disait Rimbaud. Et cet autre est révélé par la lecture, qui est expérience paradoxale d'une altérité servant à mieux nous connaître nous-mêmes. Toute lecture, poétique ou non, est déplacement de soi à soi. Seule la littérature permet cet enrichissement silencieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
citation Reverdy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» adolescent et bac quelques citation choisi
» citation du samedi
» Récitation en 6ème: quelles fables?
» citation du mercredi
» citation sur l'ineffable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROGRAMME DE REVISIONS DU CAPES DE LETTRES :: INDEX DES NOTIONS REVUES :: EN LITTERATURE :: Exercices d'entraînement à la dissertation-
Sauter vers: